...aura lieu le 10 et 11 juin au château de Villandry !

Trophée Roza Lallemand

"Prenez date ! Une occasion de voir une très belle manifestation échiquéenne dans un cadre magnifique, et de visiter le Château de Villandry et ses jardins magiques. Je serai également présente avec quelques oeuvres, dont "Le Jardin des Echecs", qui a servi à faire l'affiche."

 Betty Ollier-Lopez "Miss Boll"

Il y a une histoire à connaître derrière ce trophée. Roza a été une grande joueuse d'échecs francaise. D'origine nord-coréenne, née le 8 août 1961, elle a connu un parcours atypique qui la conduira de la Corée jusqu'en URSS, où sa famille, à l'exception de sa mère, émigra en 1966, alors qu'elle n'était qu'une fillette. Là-bas, remarquée pour son talent de joueuse d'échecs, elle intègrera une école moscovite de jeunes espoirs. Cette opportunité, que d'aucuns jugeraient inespérée, ne fait que l'éloigner encore plus de sa famille, qu'elle ne verra pratiquement plus de toute son adolescence. Cette épreuve ne l'empêchera pas de poursuivre des études de littérature russe, avec un diplôme de bibliothécaire à la clef. Elle obtiendra conjointement le titre de "Maître des sports" aux échecs.

A la chute du mur de Berlin, en 1989, Roza parvint à jouer à l'ouest de l'Europe. Elle fait alors la rencontre d'un français, Daniel Lallemand, qu'elle épousera. De nationalité française à partir de 1997, elle défendra nos couleurs aux Olympiades à de maintes occasions et fut la première française à obtenir, en 2000, le titre de grand-maître féminin. Un an plus tard, à Léon, elle remportera le championnat d'Europe par équipe féminine. C'est aussi l'époque où elle évolue en Top 16, pour le club de Monaco, dont l'équipe se hissera au plus haut, avec Roza dans ses rangs, à quatre reprises. Elle se tournera ensuite, en 2007, vers le club de Bischwiller.

Roza Lallemand

Roza Lallemand (source : C.R.M.L.E)

Le 25 août 2008, alors qu'elle vient juste d'achever, à Pau, le National féminin à la sixième place, Roza succombe à une crise cardiaque. Elle n'a que 47 ans. La stupéfaction est totale... Depuis, le championnat de France rapide féminin porte le nom et le visage de Roza ; hommage appuyé d'une fédération, et d'une communauté, attristées par une si subite disparition.  

J'ai eu, une seule fois, l'occasion de rencontrer Roza, il y a bien longtemps, au cours d'une simultanée en région parisienne. Je garde le souvenir d'une femme fluette, d'une très grande réserve, aux gestes infiniment délicats ; une femme presque évanescente, qui passait devant mon échiquier comme dans un charme. Le contraste avec la force de son jeu, avec une nette prédilection pour la tactique, était saisissant ! Combien de fois ai-je levé les yeux sur son sourire énigmatique, avec le vain espoir de deviner ce qui se cachait derrière ? Pas assez à mon goût : ma débâcle fut rapide !

> L'évènement sur le site de notre fédération  

> La page wikipedia de Roza (merci à l'auteur !)

> Quelques parties de Roza sur Chessgames.com