08 mars 2017

Où sont les femmes ?

Vous connaissez tous ce refrain du tube de Patrick Juvet ? Il date de 1977 quand même ! 

Immanquablement, quand je reçois l'affiche de la "Coupe de la Parité", je pense aux difficultés que rencontrent certains clubs à trouver deux femmes pour composer leur équipe et, du coup, au tube de Patrick Juvet... C'est bête !

 affiche1

affiche2

Peut-être que cette édition 2017 contredira le fameux titre ? On pourra alors le fredonner juste pour le plaisir !

Allez, "Où sont les feemmmmeees ? Avec leurs geste pleins de charme. Dites-moi où sont les femmes ? Femmes, femmes, femmes, femmes".

> Télécharger l'affiche.

> Les paroles du tube de Patrick Juvet.


04 mars 2017

Attention ! Warning ! Atencion ! Achtung !

Aujourd'hui, en deuxième partie de soirée, vers 23h, MVL est l'invité de Ruquier !

MVL vs RUQUIER

Voir un joueur d'échecs sur le plateau d'une émission aussi populaire que "On n'est pas couché", sur France 2, est assez rare pour que ce soit souligné. A mon sens, nous pouvons y voir, quelque part, le fruit d'un long travail de communication de nos instances fédérales et, bien sûr, la consécration légitime du talent exceptionnel de mon joueur préféré. 

Donc, quelle que soit votre opinion sur le travail de Laurent Ruquier, vous n'avez pas le choix : vous virez, si nécessaire, tout ce qui peut nuire à votre attention, vous vous casez dans votre fauteuil préféré, vous ouvrez vos mirettes tout grand, et vous vous consacrez, à votre tour, à votre rôle du spectateur éclairé ayant conscience qu'une page se tourne ce soir, à l'évidence...

Finies les officines obscures, nous sommes en pleine lumière !

PS du 5 mars : vous avez loupé l'émission ? Voici le passage avec MVL !

03 mars 2017

Un petit Waterloo !

Un Roi pourrait-il rêver d’une escorte aussi compacte que celle-ci ?

Diag 3   Bloc 1

Diag 4   Bloc 2

Diag 5   Bloc 3

Diag 6   Bloc 4

> Télécharger le pgn.

> L'oeuvre de Bondarenko sur la Yet Another Chess Problem DataBase (Yacpdb), célèbre base de problèmes en ligne.

Posté par fabrice83300 à 20:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 mars 2017

C'est bien !

Laurent vient d'être nominé au trophée ACSEV ! Il le doit à son parcours au rapide de la Farlède, où il s'est fort bien comporté : 25ème avec 4/8 et une perf. à 2149, sachant qu'il était classé 1850 à ce moment (grille). Y'en a qui ont dû tâter de son gambit du Roi ! Depuis, il est passé 1960, ce qui est quand même plus représentatif de son niveau à cette cadence, où il est plus proche des 2000 que des 1800.

IMG_20160516_172306

 La délégation dracénoise au 9ème rapide de Brignoles, en 2016. Laurent est à gauche.

Son prochain rendez-vous est le Tournoi des Fous, le 9 avril. Il y trouvera - je l'espère ! - l'occasion de confirmer sa progression.

D'ici là, nous sommes dans l'attente du verdict du jury de l'ACSEV... Affaire à suivre ! 

PS du 5 mars (ACSEV) : Victoire de Gabriel GRUET (Hyères) avec 42 pts pour ses exploits lors du Rapide de La Farlède. Il devance un habitué, Rémy DEGRAEVE (Hyères) avec 37 pts et un nouveau venu, le dracénois Laurent THUILLEZ avec 31 pts. La suite du classement : 4-ème Victoria Bacrot (Hyères) : 24 pts ; 5-ème Juliette Cornileau (Hyères) : 23 pts ; 6-ème Arnaud Canivet (Sanary) : 19 pts ; 7-ème Philippe Menardo (La Crau) : 10 pts ; 8-ème Claude Lepennetier (Cuers) : 8 pts ; 9-ème Dominique Jardin (Hyères) : 1 pt.

28 février 2017

Sérieux, un mat en 1 ? Trop facile !

Facile, dites-vous ? Alors penchez-vous sur ce diagramme où les Blancs jouent et font mat en 1 coup. Le N_Roi est en e7 et il n'y a qu'une seule solution, bien sûr...

Diag 2   Bloc 5

Tentons l'expérience : ajoutez, en toute bonne foi, votre temps et votre classement Elo dans les commentaires. Cela nous donnera les moyens de comparer. Merci de ne pas indiquer la solution !

Et bientôt, je vous proposerai un nouveau diagramme qui vous permettra de vérifier si vous êtes réellement observateur !

Posté par fabrice83300 à 00:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


26 février 2017

Christian était notre seul représentant...

...à Cannes, à la 31ème édition du Festival des Jeux, qui vient de s'achever aujourd'hui même. Sur les 118 joueurs en lice, il achève le tournoi C à la 76ème place, avec 4 points sur 9 et une performance à 1355, près de 200 points supérieure à son classement. Ce n'est donc pas un mauvais résultat pour lui, même s'il n'atteint pas les 50%. Nous savons combien ces trois opens cannois sont durs. Des joueurs bien plus aguerris que Christian s'y sont cassés les dents, moi le premier ! 

114714146_o

Christian, ici au Tournoi des Fous 2014.

Donc, bravo Christian !

Je garderai un souvenir sympa de ce festival. Au cours d'une visite, à la 3ème ronde, Basile et moi observions les échiquiers du tournoi A. Notre attention s'est vite focalisée sur la partie entre le gm Yannick Gozzoli, avec les Blancs, et le m Jean-François Jolly. La position nous inspirait et chaque nouveau coup nous laissait carrément dubitatifs. Vous imaginez : "- Mais pourquoi il joue ça ? T'as compris ? Pourquoi il a pas pris le Pion e2 ? C'est bizarre ce truc !", autant de questions murmurées à l'oreille, ou en retrait.  Les Blancs l'emportèrent au moyen d'une attaque à l'aile-Roi laissant la défense adverse totalement démunie et les deux joueurs, une fois l'abandon prononcé, s'apprêtaient à sortir de l'aire de jeu. Je ne connaissais Yannick que d'une rencontre en coupe de France, l'année dernière à Marseille, au cours de laquelle il m'apparut très abordable. Après une courte hésitation, je me décidais donc à l'accoster "-Je peux photographier ta feuille de partie pour la rejouer avec mon pote ?" Ce qui est assez inhabituel quand même. Sa réponse fut immédiate : "-Ben, viens à l'analyse !" C'est vrai que c'est clairement mieux ! Du coup, Basile et moi avons passé la demi-heure suivante à assimiler, autant que faire se peut (!), les variantes et commentaires - parfois très succincts parce que se limitant à l'essentiel - entre ces deux joueurs, aussi sympathiques l'un que l'autre. Un régal ! Merci à vous deux, messieurs !  

> Les grilles du A et du B.

Les championnats rapides jeunes et féminins de la Côte d'Azur...

...auront lieu le dimanche 5 mars à la Farlède.

affiche

Info à partager ! Notez que les accompagnateurs, même non licenciés, pourront participer à un open gratuit.

"Le championnat rapide féminin de ligue ou de zone interdépartementale est une très bonne occasion de réunir, autour des échiquiers et dans une excellente ambiance, les joueuses de tous les clubs, de tous âges et de tous niveaux ! 
Par la présence des femmes devant l’échiquier, cette compétition permet d’accentuer le développement de notre discipline, de valoriser les échecs auprès du public féminin et masculin et d’intéresser davantage les médias à notre sport. Organisé de manière très conviviale et agréable, ce championnat remporte un grand succès dans la plupart des ligues, depuis de nombreuses années! De plus il permet à une ou deux joueuses de gagner sa qualification pour la finale du championnat de France féminin qui se déroule toujours dans des conditions exceptionnelles ! 
Mesdames et mesdemoiselles, que vous ayez 6 ans ou 90 ans et plus, soyez nombreuses à participer à cette compétition faite pour vous !"

Jocelyne Wolfangel, Directrice de la compétition Fédération Française des Echecs 

> Télécharger l'affiche.

24 février 2017

Votre plus beau souvenir...

Je vous propose d'ouvrir une rubrique consacrée à vos plus beaux souvenirs échiquéens. Cette rubrique sera donc un espace de partage où vous pourrez nous confier les grands moments de votre vie de joueur. Des parties essentiellement, je l'imagine bien. Mais est-ce seulement ça ? Bien sûr que non. Parfois, une simple rencontre et quelques mots échangés avec une figure connue de notre jeu - sur une partie en cours, pourquoi pas ? -  peut transformer un tournoi, jusqu'alors en demi-teinte, en souvenir impérissable. Juste le fait d'avoir été en accord, d'avoir eu la même vibration un court moment qui, du coup, perd toute temporalité. C'est le pouvoir de cette passion que je voudrais voir illustré dans cette colonne.

La ville de Hyères a connu une époque de grands tournois - malheureusement révolue faute de salle - auxquels de nombreux joueurs titrés prenaient part. C'était l'occasion pour l'amateur que je suis d'être confronté à des joueurs professionnels, aguerris et déterminés. Sans me leurrer aucunement sur l'issue de la partie, j'avais alors juste l'espoir de ne pas perdre de façon ridicule et, au bénéfice d'une soudaine inspiration, de produire quelque chose d'esthétique, même dans la défaite. Je pouvais aussi avoir la chance de glaner, à l'analyse, quelques informations précieuses sur mon ouverture fétiche ou sur mes lacunes en finale. C'était, en toute modestie, le gain que j'espérais : capitaliser le savoir-faire "piqué", ici et là, à des joueurs acceptant d'aller au-delà du simple résultat binaire.

En avril 2006, à la quatrième ronde d'un open hyérois, je m'assieds donc face au MI bulgare Dimitar Marholev. Pour les férus d'Elo, j'étais à l'époque 1984 et mon vis-à-vis 2419. Mais ce n'est pas le plus significatif. Quelques mois auparavant, je m'étais amusé, sûr de mon fait, à lui débiter à tempo les 15 premiers coups théoriques d'une défense Breyer, pour me gauffrer lamentablement au 16ème et coucher mon Roi au milieu d'une poubelle, on va dire au 20ème. La déconfiture totale et l'exemple parfait de ce qu'il ne faut jamais faire ; réciter une variante d'ouverture... incomprise. Cela nous avait bien fait rire à l'époque, le temps d'une courte analyse, même si je m'en voulais, en mon for intérieur, d'être à l'origine d'une partie gâchée aussi stupidement et qui était surtout en contradiction totale avec ce en quoi j'aspirais.

10436361_666670006744157_2842335835030770506_n

Dimitar Marholev, à Montpellier en 2014 (photo Chess & Strategy)

Je ne retrouvais ainsi face à mon exécuteur qui, le sourire aux lèvres, pousse son Pion "e" de deux cases, après la traditionnelle poignée de main. J'étais dans mes petits souliers, sous le coup de cette montée d'adrénaline que nous avons tous connue à l'entame d'une partie, et encore sensible au souvenir de ma précédente raclée. D'autant que ma réponse symétrique pouvait passer pour une invitation présomptueuse à reproduire l'ouverture qui consacra ma débacle, alors que je ne me sentais absolument pas de taille à relever le défi, loin de là !

Nous jouâmes bien une Espagnole, mais pas la variante Breyer...

1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fb5 a6 4.Fa7 Cf6 5.0-0 Fe7 6.Fxc6 dxc6 7.Cc3 Fg4 8.h3 Fh5 9.g4 Fg6 10.d3 Cd7 11.Ce2 h5! 12.Cg3 hxg4 13.hxg4 Fd6 14.Rg2 De7 15.Fg5 f6 16.Ch4 Df7 17.Cxg6 Dxg6 18.Fe3 0-0-0 19.Cf5 Rb8! 20.Df3 Fc5 21.Fd2 Cf8!? Le plan Df7 suivi de la poussé du pion "g" est certainement plus fort ! 22.Th1 Ce6 23.b4 Fd4 24.c3 Fxc3! force pratiquement la nulle ! 25.Fxc3 Cf4+ 26.Rg3 Txh1 27.Txh1 Txd3 28.Th8+ Ra7 29.Ce7! La seule ressource 29. ...Dg5 (télécharger le pgn).

Diag

Là, je proposais nulle, évidemment tout à fait incertain de la réponse, mais avec le sentiment que, quelque part, ma proposition était légitime. Et Dimitar accepta...

Je fis un bond, même plusieurs ; j'en ai perdu une tong, retrouvée sous une table à dix mètres de mon échiquier. Nikola Penkov, témoin de la scène à l'époque, pourrait vous le confirmer. Je n'ai jamais ressenti, aux échecs, une joie aussi profonde, aussi viscérale, que ce jour-là. A l'exception, peut-être, de celui où je vis mon premier problème publié dans la revue Europe-Echecs, en 1983. Bernard Ramazzotti, pilier des échecs varois et organisateur de l'open, s'empressa de rentrer la partie sous Chessbase, pour la soumettre au "jugement" d'un moteur d'analyse... qui valida le résultat. Concrètement, les Blancs n'ont pas mieux que le perpétuel, sauf au prix de risques inconsidérés. Du coup, ma partie s'auréolait de cette espèce de vertu que confére l'évaluation concordante de ces programmes à l'effarante puissance de calcul. 

Mais, avant tout chose, c'est la joie affichée par mon adversaire qui me combla. De retour devant l'échiquier, après mes sauts de cabri, j'avais du mal à en croire mes yeux ; il souriait ! C'était quand même une contre-performance pour lui ! Je n'en revenais pas. Pourtant, il me tendit la main et me félicita chaleureusement, à plusieurs reprises. Il n'était plus question de titre ou de différence de classement ; ces considérations n'avaient plus lieu d'être. Comme si la consistance de l'affrontement les avaient balayées, parce que devenues triviales, voire artificielles. Seule comptait la joie d'avoir disputé une belle partie d'échecs, et c'est tout. 

C'est bien là que s'illustre essentiellement notre passion, dans le partage de ces moments privilégiés avec des joueurs aux origines et parcours aussi divers que variés. Sans cela, notre microcosme s'effondrerait, privé de sa capacité à rassembler. C'est un véritable pouvoir, pas si fréquent que ça de nos jours...

Voilà, c'est mon plus beau souvenir aux échecs, toujours aussi vivace dix ans après. Pas grand-chose, à vrai dire, et pourtant...

A votre tour !

20 février 2017

Ce n'est pas parce que c'est le pion "c" qu'il faut s'endormir !

Un joli trait d'humour de Greg, alors que nous nous penchions sur une position, où la poussée d'un pion "c" offrait un gain. C'est aussi un adepte du "Simple chess, simple chess !" lorsqu'il joue un coup gagnant !

Je ne peux pas m'empêcher de reproduire la citation qui présentait mon premier blog, et dont je suis assez fier : "Aux échecs, je suis un amateur éclairé... et rarement lumineux !". Elle a surtout le mérite d'être réaliste, dirons certains ! 

Certaines répliques sont passées à la postérité, comme celle de Boris Spassky à un journaliste : "- Préférez-vous une dame de plus aux échecs ou dans la vraie vie ? - Ça dépend de la position !". L'ancien champion du monde est réputé pour son humour.

Et celle de son compatriote et autre détenteur du titre, Mikhail Tal : "Je bois, je fume, je cours après les filles, mais les échecs par correspondance sont un vice que je n'ai pas !". Elle pas mal non plus, celle-là !

 Mikhail_Tal_1982

Mikhail Tal en 1982. C'est vrai que l'on pouvait fumer en plein tournoi à l'époque !

Et le grand David Bronstein sur Tal : "Plusieurs personnes se sont demandées comment Tal faisait pour gagner… En fait, c'est très simple ! Il met ses pièces au centre de l'échiquier et les sacrifie quelque part !". Cela donne une idée de l'impression incroyable que le magicien de Riga donnait sur l'échiquier. Il disait d'ailleurs, à ce propos : "Ma réputation prend parfois ma place à table !" ou encore "Il y a deux types de sacrifice : ceux qui sont corrects et les miens !

Justement, sur les sacrifices, par Xavier Tartakover : "Il vaut mieux sacrifier les pièces de l'adversaire !". Une vision plus pragmatique...

Une autre réplique célèbre, de Fischer à un journaliste : "- De quoi parliez-vous avec monsieur Spassky ? - Quand j'arrive, je lui dis bonjour ; quand je pars, je lui dis échec et mat !". Bonjour la pression, oui !

Une autre très représentative de l'état d'esprit du regretté Victor Kortchnoï, apatride dont les relations avec l'ancienne URSS furent plus que tendues : "Je considère la neutralité comme une maladie grave !". Mais était-ce réellement de l'humour ?

Le grand professeur Kotov avait aussi quelques bons mots : "Un plan correct fait de nous des héros ; l'absence de plan fait de nous des zéros !".

Edouard Goudfeld n'était pas en reste. Un exemple au sujet de la variante Saemisch de la défense Grundfeld (avec le Pion blanc en f3) : "Demandez au pauvre Cg1 ce qu'il en pense !".

Enfin, une que je trouve vraiment géniale, dégotée sur le site Echecs & Stratégie"A ce moment-là, je menaçais de comprendre la position !" de Clément L'Heureux. On s'attend à quelque chose de terrible pour son adversaire, vu que la menace est toujours plus forte que l'exécution !

Vous en connaissez d'autres ? Ajoutez-les en commentaires et on se fait une petite compil !

19 février 2017

Joueur d'échecs, un athlète comme les autres !

Pour ceux qui l'auraient loupé, voici le reportage très sympathique que France 2 a consacré à MVL.

Notez que notre champion vient de démarrer le 1er Grand Prix FIDE en trombe, à Sharjah, avec deux victoires sur Li Chao et Richard Rapport. Moi, j'y crois ; c'est notre futur candidat !

> Suivre le 1er Grand Prix FIDE avec Europe-Echecs