01 juin 2018

Carte commémorative Reykjavik 1972

Intéréssé ?

20180601_155612-1-898x480

"Bonjour à tous ! Je vends une carte commémorative éditée par la Fédération Islandaise des Echecs juste après le championnat du monde qui opposa Bobby Fischer à Boris Spassky, en 1972. La carte a été éditée le 23 octobre 1972 (comme vous pouvez le voir sur le tampon) et porte le numéro 2240. Je ne sais pas combien d'exemplaires ont été édités. La carte est en très bon état. Je la vends 100€. Contactez-moi à l'adresse suivante si vous êtes intéressé : delphinebriault@laposte.net".

> Le site français de référence : Histoire des échecs en philatélie, avec sa page dédiée au match de 1972, où on peut retrouver la carte de Delphine.

Posté par fabrice83300 à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


20 février 2017

Ce n'est pas parce que c'est le pion "c" qu'il faut s'endormir !

Un joli trait d'humour de Greg, alors que nous nous penchions sur une position, où la poussée d'un pion "c" offrait un gain. C'est aussi un adepte du "Simple chess, simple chess !" lorsqu'il joue un coup gagnant !

Je ne peux pas m'empêcher de reproduire la citation qui présentait mon premier blog, et dont je suis assez fier : "Aux échecs, je suis un amateur éclairé... et rarement lumineux !". Elle a surtout le mérite d'être réaliste, dirons certains ! 

Certaines répliques sont passées à la postérité, comme celle de Boris Spassky à un journaliste : "- Préférez-vous une dame de plus aux échecs ou dans la vraie vie ? - Ça dépend de la position !". L'ancien champion du monde est réputé pour son humour.

Et celle de son compatriote et autre détenteur du titre, Mikhail Tal : "Je bois, je fume, je cours après les filles, mais les échecs par correspondance sont un vice que je n'ai pas !". Elle pas mal non plus, celle-là !

 Mikhail_Tal_1982

Mikhail Tal en 1982. C'est vrai que l'on pouvait fumer en plein tournoi à l'époque !

Et le grand David Bronstein sur Tal : "Plusieurs personnes se sont demandées comment Tal faisait pour gagner… En fait, c'est très simple ! Il met ses pièces au centre de l'échiquier et les sacrifie quelque part !". Cela donne une idée de l'impression incroyable que le magicien de Riga donnait sur l'échiquier. Il disait d'ailleurs, à ce propos : "Ma réputation prend parfois ma place à table !" ou encore "Il y a deux types de sacrifice : ceux qui sont corrects et les miens !

Justement, sur les sacrifices, par Xavier Tartakover : "Il vaut mieux sacrifier les pièces de l'adversaire !". Une vision plus pragmatique...

Une autre réplique célèbre, de Fischer à un journaliste : "- De quoi parliez-vous avec monsieur Spassky ? - Quand j'arrive, je lui dis bonjour ; quand je pars, je lui dis échec et mat !". Bonjour la pression, oui !

Une autre très représentative de l'état d'esprit du regretté Victor Kortchnoï, apatride dont les relations avec l'ancienne URSS furent plus que tendues : "Je considère la neutralité comme une maladie grave !". Mais était-ce réellement de l'humour ?

Le grand professeur Kotov avait aussi quelques bons mots : "Un plan correct fait de nous des héros ; l'absence de plan fait de nous des zéros !".

Edouard Goudfeld n'était pas en reste. Un exemple au sujet de la variante Saemisch de la défense Grundfeld (avec le Pion blanc en f3) : "Demandez au pauvre Cg1 ce qu'il en pense !".

Enfin, une que je trouve vraiment géniale, dégotée sur le site Echecs & Stratégie"A ce moment-là, je menaçais de comprendre la position !" de Clément L'Heureux. On s'attend à quelque chose de terrible pour son adversaire, vu que la menace est toujours plus forte que l'exécution !

Vous en connaissez d'autres ? Ajoutez-les en commentaires et on se fait une petite compil !