24 janvier 2018

Du punch, il en faut !

Mais il n'y a pas que ça ! Il y a aussi la réussite et elle manqua cruellement à notre équipe de N4, pas loin d'inverser le score de 4 à 3 qui sanctionna son match du dimanche du 14 janvier contre le Cannet. Tout se décida sur deux parties, à l'issue malheureuse pour les dracénois, alors que tout augurait du contraire et permettait de croire que le match était dans la poche pour Draguignan. C'est la loi du sport !

Plusieurs satisfactions tout de même, au niveau des résultats individuels, atténuent notre déception, comme je le relate dans un article du Var-matin, publié lundi dernier.

Article Var-matin publié le 22 janvier 2018

Cette publication est une grosse satisfaction en elle-même ; cela faisait longtemps que le périodique ne s'était fait l'écho d'une actualité échiquéenne. Espérons que cet article soit le premier d'une belle série pour les échecs varois !

> Télécharger l'article au format pdf

Logo fond rouge


22 avril 2017

Le Bucéphale est en danger !

Le bar à spectacles dracénois, lieu de toutes les cultures, est à la merci d'une fermeture s'il n'honore pas rapidement une partie de sa dette. Vous trouverez plus de détails à ce sujet dans l'article que Var-matin lui consacre. Mieux encore, je vous propose d'écouter son fondateur, Alexis Bonnery, interviewé par Canal-D, notre web-TV locale :

L'établissement a lancé une campagne de solidarité, afin de récolter les fonds qui lui permettraient de se remettre à flots. La plateforme Ulule - celle-là même qui a permis le sauvetage de Lo Païs ! - centralise les dons. Au moment où j'écris ces mots, 5 700€ ont été collectés sur un objectif de 20 000€, et il reste 50 jours.

 Soirée jeux au Bucéphale

Une soirée "jeux de société", en 2015,  organisée avec Lei Jougadou, la ludothèque de Draguignan.

Le Bamboléo, c'est terrible ! Evidemment, qui fait tomber le plateau ?

De nombreux concerts sont proposés pour soutenir cette campagne de solidarité. Vous en trouverez le programme sur les pages Facebook et Twitter du Bucéphale.

Le commerce dracénois souffre. Aidons-le !